Archives mensuelles : décembre 2013

La vache normande, pourquoi un tel succès ? À découvrir pendant votre location de vacances en Normandie

Symbole de la Normandie, la vache normande est connue et appréciée pour ses qualités laitières et les propriétés nutritives de son lait, mais aussi la saveur de sa viande « persillée ». On raconte que la race bovine normande fut introduite dans nos campagnes dès le Xème siècle par les Vikings, qui auraient fait le choix d’emmener leurs vaches plutôt que leurs femmes !

Commençons par l’origine de la race bovine normande. Elle proviendrait de la Norvège, dans le Comté de « Télémark ». Cependant, d’autres affirmations la font naître du croisement de la race « Cotentine » avec la race britannique « Durham ». Quoiqu’il en soit, les 3 races à l’origine de la race Normande sont pour sur : la Cotentine, l’Augeronne et la Cauchoise.

Si il est coutume de dire que la Normandie compte autant de vaches que d’habitants, cela n’est pas le cas néanmoins il est certain que la région compte parmi les premiers rangs d’élevage de bovins en France. En effet, la production de viande bovine est favorisée par le climat, la richesse des herbages, le savoir-faire de nos éleveurs, mais aussi l’excellence de la race normande qui offre un goût fondant et délicieux (que vous ne manquerez pas de vous remémorer pendant votre location de vacances en Normandie).

Si l’élevage d’animaux de viande est une activité fort ancienne en Normandie, elle connaît son apogée au XIXème siècle, lorsque le niveau de vie parisiens leur permet d’en consommer au moins une fois par semaine. Ils se tournent alors tout naturellement vers leurs voisins normands, à qui il achètent du bétail sur pied pour l’abbattre à Paris, ou des carcasses de viande provenant des abattoirs de Normandie.

La race Normande identifiée formellement depuis 1883 au livre généalogique est donc un atout économique pour les éleveurs. Ceux-ci tirent leur revenu, aussi bien de la production de lait que de la production de viande. Le type Normand correspond à celui d’une race mixte de grand gabarit. Le poids des animaux femelles est en moyenne de 750 kg. Il est fréquent d’avoir des animaux pesant 900 kg, voire plus d’une tonne chez les plus imposants d’entre eux.

Son lait est riche, autant en matière grasse qu’en matière protéique. Très recherché par les transformateurs, il a contribué à la réputation des fromages et crèmes normands que vous ne manquerez pas de déguster pendant votre location de vacances en Normandie. La vache normande est notamment la championne toutes catégories pour le beurre et le camembert.

Afin de protéger l’appellation, il faut que la vache corresponde à certains critères pour qu’on la  considère de race Normande :

- Les animaux issus d’ascendants normands                                                         – Les animaux d’ascendance connue et d’au moins 7/8 de sang normand           – Les animaux d’ascendance inconnue et présentant une majorité de caractères extérieurs propres à la race normande : robe présentant 3 couleurs d’importance relative variable et formant des tâches aux contours imprécis (caille, blond et bringé) ; tête blanche avec le plus souvent des taches autour des yeux (lunettes) et du mufle ; mufle court et large ; front large et déprimé entre les yeux.

La présence de signes caractéristiques d’ascendance croisée est rédhibitoire (netteté du contour des tâches de la robe, tâches noires sur les muqueuses ou les trayons).

Outre le grand Ouest, la Normande a connu un gros succès à l’export, prenant le bateau dès la fin du XIXe siècle pour l’Amérique du Sud.
Aujourd’hui, on la retrouve sur tous les continents. Elle se développe aussi en Europe notamment en Belgique, en Suisse, en Grande-Bretagne et en Irlande. Elle est également présente aux États-Unis, en Australie et jusqu’au Japon ; vous ne la retrouverez donc pas dans vos assiettes uniquement à l’occasion de votre location de vacances en Normandie.

 

 

Franchirez-vous le pont de Tancarville pendant votre location de vacances en Normandie ?

Le pont de Tancarville est un pont suspendu qui franchit la Seine entre Tancarville et le Marais-Vernier. Il ne sera peut-être pas sur la route de votre location de vacances en Normandie mais au regard de la splendeur de l’édifice, un détour pour emprunter celui-ci ne sera pas de trop.

La construction du pont a été envisagée dès la fin des années 30. Elle a pour but premier de faciliter la traversée de la Seine qui se faisait jusqu’à lors par bac. Son ouverture va d’ailleurs entrainé la disparition du bac du Hode reliant Berville-sur-mer dans l’Eure au Hode dans Seine-Maritime.

Inauguré le 2 juillet 1959, le pont de Tancarville était en gestation depuis 1935 mais la guerre a repoussé son aboutissement. Au total, il a fallu 3477 milliers d’heures de travail aux ouvriers de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Havre pour la construction de cet ouvrage qui enjambe l’estuaire de la Seine en Normandie. À noter que c’est le premier chantier de cette importance où il n’y eu aucun accident mortel. Chose étonnante aujourd’hui, les calculs ont été entièrement réalisés à la main et validés grâce à des maquettes à l’échelle. Puis, des essais en soufflerie notamment pour les câbles ont été effectué en grandeur réelle sur une machine de traction par le laboratoire de la Marine.

C’est ainsi qu’est né à l’époque le plus grand pont suspendu d’Europe, qui demeure aujourd’hui le plus grand pont suspendu de France avec ses 1420 mètres de long dont 608 mètres de travée centrale. Pour être complet avec les chiffres, celui-ci fait également 125 mètres de hauteur, 30 mètres de profondeur pour un peu plus de 12000 tonnes. Il fallut quasiment 4 ans pour ériger l’édifice puisque le chantier eu lieu du 16 novembre 1955 pour une ouverture début juillet 1959. La décision de sa construction est actée par une loi du 17 décembre 1940, signée le Maréchal Pétain à Vichy. Il a été construit par un groupement d’entreprises sous la maitrise d’oeuvre de la Chambre de commerce et d’industrie du Havre ainsi que le contrôle des ponts et chaussées du département de la Seine-Maritime. Vous l’aurez compris, si vous souhaitez avoir un point de vue imprenable sur l’estuaire de la Seine au cours de votre location de vacances en Normandie, c’est sur le pont de Tancarville qu’il faut se rendre :-).

Cependant, l’accroissement constant du trafic (plus de 6 millions de véhicules le traverse chaque année) rendra inéluctable la construction d’un second pont : le pont de Normandie qui pour sa part accueille plus de 12 millions de véhicules sur une année. Néanmoins, ce dernier n’est pas un pont suspendu mais à haubans, présentant beaucoup moins d’intérêt…si vous faîtes un détour dans le coin pendant votre séjour en location de vacances en Normandie.

Pendant votre location en Normandie, goûterez-vous au traditionnel Camembert Normand ?

Le Camembert de Normandie, produit phare de la gastronomie locale mais plus globalement de la culture normande vous le connaissez forcément. Né dans le village de Camembert, dans le Pays d’Auge, il fera parti de votre expérience gustative lors de votre location en Normandie.

camembert-normandie-my-home-in-deauville

Le vrai camembert de Normandie est un fromage fabriqué à base de lait cru de vache, à pâte molle ( c’est-à-dire que durant sa fabrication le fromage ne subit ni chauffage ni pressage ce qui donne cet aspect onctueux voire coulant ) et à croûte fleurie ( lorsque celle-ci est couverte de penicillium lui donnant un aspect duveteux blanc ). En France, le camembert de Normandie est protégé par une appellation d’origine contrôlée (AOC) et dans l’ensemble de l’Union européenne par une appellation d’origine protégée (AOP).

Selon la légende, le camembert de Normandie aurait été inventé en 1791, par une fermière originaire de Camembert, Marie Harel, suivant les conseils d’un prêtre réfractaire venant de Brie, qu’elle aurait abritée chez elle. Vraisemblablement cette version de l’histoire aurait été inventé puis renchérit au fil du temps par les héritiers de Marie Harel afin de faire fructifier commercialement le produit. Et cela marche puisque la production du camembert de Normandie va exploser passant de 600000 unités en 1855 à environ 3 millions d’unités en 1870.

camembert-normandie-AOC-my-home-in-deauville

Le succès très important du camembert de Normandie peut s’expliquer par l’apparition du chemin de fer et notamment de la ligne Paris-Caen, inaugurée en 1863, reliant ainsi les villes normandes à la capitale en quelques heures. Cela permet une diffusion en masse de ce produit. En outre, l’invention aux alentours de 1890 par Eugène Ridel de la fameuse boite en peuplier du camembert va renforcer ce succès en facilitant le transport de celui-ci. À partir du début du XXe siècle, le camembert de Normandie va s’imposer sur les marchés français puis étrangers.

vache-laitiere-normandie-my-home-in-deauville

Victime de son succès commercial, le Camembert de Normandie fait, très tôt, l’objet de contrefaçons. Faute de protection particulière, le mot « camembert » considéré comme un terme générique tombé dans le domaine public, sa fabrication échappe à la Normandie. Face à cette concurrence déloyale, les producteurs normands s’organisent et créent le Syndicat des fabricants du Véritable Camembert de Normandie en 1909. Le 31 juillet 1909, M. Vignoboule, son président fraîchement élu, déclare « Est camembert un fromage à pâte molle égouttée, ni pressée, ni malaxée, légèrement salée, à moisissures superficielles, de format rond, du poids maximum de 350g, d’un diamètre de 10 à 11 cm , dont la matière sèche renferme un minimum de 38% de matière grasse, provenant du lait de vache et fabriqué en Normandie ».

Ce produit phare de la gastronomie normande et française, de tradition, naturel, à la saveur fruitée légèrement relevée est apprécié de tous. La fabrication d’un camembert de 250 grammes nécessite 2,2 litres de lait provenant uniquement de Normandie et 30 à 35 jours pour un fromage « fait à coeur ». Le camembert de Normandie, largement répandu dans nos assiettes sera t-il vous faire craquer lors de votre location de vacances en Normandie..?